La culture au service du developpement

La culture au service du developpement

Edition 2011
La 16e édition des Nuits Atypiques de Koudougou (NAK), se tiendra du  Mercredi 30 Novembre au Dimanche 04 Décembre 2011 à  Koudougou (Burkina Faso) sous le thèm : " Culture & Développement Durable". « La culture est au début et à la fin de tout développement », (Léopold Sédar Senghor)

S’il est avéré que la Culture est un moteur de développement et par ricochet lutte efficacement contre la pauvreté, qu’en est-il de la solidarité ?

Comment les sociétés africaines traitent la question de la pauvreté ? Les valeurs que sont l’entraide, le partage la mutualisation en un mot la solidarité participent-elles à la lutte contre la pauvreté ?

L’évolution combien rapide de nos sociétés, mettant en rude épreuve cette notion culturelle typique à l’Afrique, garantit-elle une humanité où l’homme serait non pas un loup pour l’homme, mais un soutien indéfectible pour son prochain ?

Malgré l’accumulation des richesses dans le monde, avec un  niveau jamais atteint jusque-là, on assiste à une sorte de paupérisation (au sens que donne Karl Marx à ce terme, processus causé par le capitalisme) de la grande majorité des populations dans de nombreux pays, y compris même dans ceux dits développés. S’il en est ainsi, c’est que les causes de ce phénomène ne sont pas toujours uniquement imputables aux aléas économiques mais plutôt aux hommes et à leur manière de gérer l’économie et les biens publics (res publica).

Or, c’est l’homme qui produit la culture et ensuite celle-ci le porte, le nourrit en quelque sorte pour lui indiquer le droit chemin lui permettant de vivre en harmonie avec ses semblables. D’où l’intérêt de considérer la culture comme étant véritablement l’un des moyens privilégiés de lutte contre la pauvreté, en tant qu’elle touche chaque homme et chaque femme dans son humanité profonde.

            Aider à réhabiliter les valeurs positives de notre culture, (honnêteté, sens de l’honneur, amour du travail, solidarité, valeur de l’amitié, sens de la parole donnée, du partage, etc.). Ces valeurs qui sont transversales à toutes les sociétés ou groupes culturels composant la mosaïque de notre pays, devraient constituer en fait le fondement de notre succès dans tous les domaines. Difficile peut-être à appliquer dans notre société moderne tournée vers le profit matériel à tout prix dans une compétition sauvage et féroce sans égard pour l’humain. Pourtant avoir recours à ces valeurs serait salutaire.

            Et puisque « La culture est au début et à la fin de tout développement », (Léopold Sédar Senghor), il faut espérer que l’homme, au centre de ce développement, qui est capable du meilleur comme du pire, saura se montrer plus constructif.

            Il faut espérer que les choses bougent et que la situation évolue, ne serait-ce que dans les consciences. Dans cette lutte, je pense que c’est la culture qui peut être à la fois et l’arme et l’acteur de premier plan pour aider à réduire la pauvreté dans notre pays. La culture, à travers les artistes et tous les professionnels de ce secteur, accomplit déjà son devoir dans le cadre de la réduction de la pauvreté. Il lui faut de meilleures conditions pour de plus grands succès.

1 Programmation Artistique NAK 2011
2 Programme général des NAK2011
3 Liste des artistes retenus pour les NAK 2011